Le Messie: Homme, Dieu ou les deux?

La Divinité du Messie

Le Christ PantocratorC'est un fait commun que le point crucial de la division entre juifs et chrétiens est l'affirmation que le Messie soit venu ou pas: alors que les chrétiens croient qu'Il est apparu dans la personne de Jésus de Nazareth, les juifs (ou du moins ceux qui croient encore au concept du Messie) sont toujours dans l'attente de sa venue. Mais bien que cette différence soit réelle et importante, ce n'est pas réellement le problème central. LE plus grand sujet de dispute entre le judaïsme traditionnel et le christianisme est plutôt la nature même du Messie. Le Messie promis est-il un simple homme, bien que revêtu de pouvoirs particuliers, mais néanmoins simplement humain, ou bien le Messie n'est-il pas Dieu Lui-même qui a daigné assumer la nature humaine et devenir l'un de nous?

Dans un autre article nous avons examiné les prophéties messianiques du Tanakh (l'Ancien Testament) à la lumière des écrits rabbiniques pour déterminer l'identité du Messie d'Israël, le temps et le lieu de sa venue, et les circonstances de sa vie et de sa mort. Dans cet article, nous allons nous pencher sur la nature même du Messie. Est-il homme, Dieu ou les deux?

L'idée que Dieu, le Créateur de l'univers, nous a tellement aimé qu'il ait daigné s'humilier au point de prendre notre frêle humanité - vivant, souffrant et mourant avec et pour nous - est stupéfiante. Cette idée a toujours été une pierre d'achoppement particulièrement pour les juifs et les musulmans dans leur considération des affirmations de la foi chrétienne.

Il a été particulièrement souligné dans le courant majoritaire du judaïsme qu'en aucune circonstance Dieu peut être dépeint comme un homme. Chaque matin, les juifs prient à la synagogue: "[Dieu] n'a pas l'apparence d'un corps et n'est pas corporel". Et le troisième des treize principes de foi de Maïmonide affirme: "Je crois d'une foi parfaite que le Créateur, loué soit Son Nom, n'est pas un corps, et qu'Il est libre de toutes les propriétés de la matière, et qu'absolument rien ne peut Lui ressembler."  Les musulmans en conviennent: le Coran déclare que "Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui... Allah n'est qu'un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un fils" (4,171).

Cependant cette difficulté n'est pas uniquement limitée aux juifs et aux musulmans. De nombreux chrétiens dans le passé et aujourd'hui encore ont eu et ont de grandes difficultés à accepter que Jésus est Dieu. Rien d'étonnant: la divinité du Messie, avec le concept de la Trinité, a toujours été le plus profond et le plus impénétrable mystère dans le plan du salut et de la relation entre Dieu et l'homme. Ceci est tellement choquant que plusieurs, y compris certains qui se disent croyants en Jésus, affirment parfois que les concepts de l'Incarnation et de la Trinité ne proviennent pas de la révélation divine mais sont plutôt des perversions des textes sacrés qui s'enracinent dans les anciennes religions païennes.

Le but de cet article sera d'examiner cette affirmation et de déterminer si oui ou non la foi dans la divinité du Messie était prévalente dans l'Église primitive et si elle peut être défendue à partir des Saintes Écritures. Nous procéderons dans le sens inverse de la chronologie. Dans une première partie, nous examinerons un certain nombre d'écrits patristiques pour déterminer ce que les premiers chrétiens croyaient à propos de l'identité de Jésus. Dans une deuxième partie, nous étudierons ces opinions pour voir su elles peuvent être justifiées à partir du Nouveau Testament en examinant les déclarations de Jésus à propos de  lui-même et les affirmations des auteurs du Nouveau Testament à son propos. Dans une troisième partie, nous vérifierons si ces affirmations sont des "innovations chrétiennes" dérivées du paganisme qui contredisent les Écritures juives et le concept juif du Messie, comme il est parfois affirmé, ou bien si elles sont en fait en continuité avec l'Ancien Testament et le judaïsme de la période du Second Temple et le judaïsme rabbinique.

Il est à noter que nous n'essayerons pas ici d'expliquer les raisons de l'Incarnation, ou "pourquoi Dieu est devenu homme" mais seulement de démontrer la source de cette doctrine dans les écrits patristiques et dans les Écritures Juives et Chrétiennes.


1ère Partie : La divinité du Messie dans les écrits patristiques

Source pour cet article: Catholic Answers

Les citations suivantes montrent que les Pères de l'Eglise ont incontestablement cru que Jésus de Nazareth est Dieu, certains de leurs témoignages remontant au deuxième siècle. Cette documentation peut être utilisée pour réfuter les fantaisies et les mythes propagés par des romans tels que le Da Vinci Code de Dan Brown, qui affirme que l'Église catholique aurait voté pour rendre Jésus divin au concile de Nicée en 325 ap. JC, de façon à augmenter sa propre influence. Comme nous le verrons, les chrétiens ont cru à la divinité de Jésus dès les tous premiers jours de l'essor du christianisme.

Ignace d'Antioche

"Ignace, appelé aussi Théophore, à l'Eglise à Ephèse en Asie . . . prédestinée de toute éternité à une gloire éternelle et immuable, unie et choisie à travers de vraies souffrances par la volonté du Père en Jésus Christ notre Dieu." (Lettre aux Ephésiens, 1 [110 ap. JC])
"Car notre Dieu,  Jésus Christ, a été conçu par Marie en accord avec le plan de Dieu: de la semence de David, ce qui est vrai, mais aussi du Saint Esprit." (ibid, 18,2)
"[À] l'Église bien aimée et illuminée par l'amour de Jésus Christ, notre Dieu, par la volonté de celui qui a voulu tout ce qui existe." (Lettre aux Romains, 1 [110])

Aristide d'Athènes 

"[Les chrétiens] sont ceux qui, au dessus des autres peuples de la terre, ont trouvé la vérité, car ils reconnaissent Dieu, le Créateur de toutes choses, dans le Fils unique engendré et dans le Saint Esprit." (Apologie 16 [140])

Tatien le Syrien

"Nous ne faisons pas les idiots, Grecs, ni ne disons des choses insensées, lorsque nous rapportons que Dieu est né sous la forme d'un homme." (Discours aux Grecs, 21 [170])

Méliton de Sardes

"Il n'est pas nécessaire, en traitant avec des personnes intelligentes, de présenter les actions du Christ après son baptême comme preuve que son âme et son corps, sa nature humaine, étaient comme la nôtre, réelle et non fantomatique. Les actions du Christ après son baptême, et particulièrement ses miracles, ont donné l'indication et l'assurance au monde de la divinité cachée dans sa chair. Étant Dieu et à la foi un homme parfait, il a donné l'indication claire de ses deux natures: de sa divinité, par ses miracles pendant les trois ans qui ont suivi son baptême, de son humanité, pendant les trente ans qui ont précédé son baptême, durant lesquelles, en raison de sa condition selon la chair, il a dissimulé les signes de sa divinité, bien qu'il était le vrai Dieu existant avec les siècles." (Fragment dans le Guide d'Athanase du Sinaï,13 [177])

Irénée de Lyon

"...à Jésus Christ notre Seigneur et Dieu et Sauveur et Roi, en accord avec l'approbation du Père invisible, ceux qui sont au ciel, sur la terre et sous la terre fléchiront le genou. . . " (Contre les hérésies, 1,10,1 [189])

Clément d'Alexandrie

"La Parole, le Christ, est la cause à la fois de notre origine ancienne - car il était en Dieu - et de notre bien être. Et maintenant cette même Parole est apparue comme un homme. Lui seul est à la fois Dieu et homme, et la source de toutes nos bonnes choses." (Exhortation aux Grecs 1,7,1 [190])
"Méprisé en raison de son apparence, mais en réalité adoré, [Jésus est] celui qui expie, le Sauveur, la vérité, la Parole divine, lui qui est évidemment vrai Dieu, lui qui a été mis au niveau du Seigneur de l'univers parce qu'il était son Fils." (ibid., 10,110,1)

Tertullien

"Les origines de ses deux substances le révèle comme homme et comme Dieu: de l'une, né, et de l'autre, non." (La chair du Christ 5,6–7 [210])
"Toutefois ce n'est jamais de notre propre bouche que nous confessons deux dieux et deux Seigneurs, non pas que le Père ne soit pas Dieu, que le Fils ne soit pas Dieu, que l'Esprit saint ne soit pas Dieu, que chacun enfin ne soit pas Dieu, mais parce que dans le passé, deux Dieux, deux Seigneurs étaient annoncés, afin qu'à son avènement Jésus-Christ fût reconnu Dieu et proclamé Seigneur, puisqu'il est le fils de celui qui est Dieu et Seigneur." (Contre Praxéas 13,6 [216])

Origène

"Bien qu'il était Dieu, il prit chair, et étant devenu homme, il demeura ce qu'il était: Dieu." (Les doctrines fondamentales 1,0,4 [225])

Hippolyte de Rome

"Seule la Parole [de Dieu] est de lui et est par conséquent aussi Dieu, devenant la substance de Dieu." (Réfutation de toutes les hérésies 10,33 [228])
"Car Christ est le Dieu au dessus de tout, qui a fait en sorte de purifier le péché de l'humanité, renouvelant le vieil homme" (ibid., 10,34).

Novatien

"Si le Christ était seulement homme, pourquoi a-t-il établit pour nous une telle règle de foi, lorsqu'il dit, ‘Et ceci est la vie éternelle, qu'ils te connaissent, toi l'unique et le vrai Dieu, et Jésus Christ que tu as envoyé?’ [Jn 17,3]. S'il n'avait pas voulu être compris comme étant Dieu, pourquoi a-t-il ajouté, ‘et Jésus Christ que tu as envoyé,’ si ce n'est parce qu'il désirait être reçu aussi comme Dieu? Parce que s'il n'avait pas voulu être compris comme Dieu, il aurait ajouté, ‘et l'homme Jésus Christ que tu as envoyé’ mais, en fait il n'a pas ajouté ceci, ni se s'est présenté à nous simplement comme un homme, mais s'est associé à Dieu, désirant être compris par cette conjonction comme étant aussi Dieu, ce qu'il est. Nous devons par conséquent croire, selon la règle prescrite, au Seigneur, l'unique vrai Dieu et par conséquent en celui qu'il a envoyé, Jésus Christ, qui, en aucune façon, comme nous l'avons dit, se serait lié au Père s'il n'avait désiré être compris comme étant Dieu aussi. Car il se serait séparé de lui s'il n'avait pas désiré être compris comme étant Dieu." (Traité sur la Trinité 16 [235])

Cyprien de Carthage

"Celui qui nie que Christ est Dieu ne peut devenir son temple [du Saint Esprit] . . . " (Lettres 73,12 [253])

Grégoire le Thaumaturge

"Il n'y a qu'un seul Dieu, le Père de la Parole vivante, qui est sa sagesse subsistante, sa puissance et son éternelle image: parfait engendreur du parfait engendré, Père du Fils l'unique engendré. Il n'y a qu'un seul Seigneur, unique de l'unique, Dieu de Dieu, image et ressemblance de la divinité, Parole efficace, sagesse totale de la constitution des choses, et puissance formatrice de la création toute entière, vrai Fils du vrai Père, invisible de l'invisible, et incorruptible de l'incorruptible, et immortel de l'immortel et éternel de l'éternel. . . . Et ainsi ni le Fils n'a été sans le Père, ni l'Esprit, sans le Fils; mais sans variation in changement, la même Trinité demeure à jamais." (Déclaration de Foi [265])

Arnobe

"‘Alors,’ un homme violent, en colère et excité dira, ‘ce Christ est-il votre Dieu?’ ‘Dieu effectivement,’ nous répondrons, ‘et Dieu des puissances cachées.’" (Contre les païens 1,42
[305])

Lactantius

"Il a été fait à la fois Fils de Dieu dans l'esprit et Fils de l'homme dans la chair, c'est-à-dire à la fois Dieu et homme." (Institutions divines 4,13,5 [307])
"Nous, d'autre part, sommes [réellement] religieux, qui faisons nos supplications au seul vrai Dieu. Quelqu'un pourrait peut être demander comment, alors que nous disons adorer un seul Dieu, nous affirmons néanmoins qu'il y en a deux, Dieu le Père et Dieu le Fils—laquelle affirmation a conduit beaucoup dans la plus grande des erreurs . . . [pensant] que nous confessons qu'il y a un autre Dieu, et qu'il est mortel. . . . [Mais l]orsque nous parlons de Dieu le Père et de Dieu le Fils, nous ne disons pas qu'ils sont différents, ni nous ne les séparons, car le Père ne peut exister sans le Fils, ni le Fils ne peut être séparé du Père." (ibid., 4,28–29)

Concile de Nicée I

"Nous croyons en un seul Seigneur, Jésus Christ, l'unique engendré Fils de Dieu, Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, consubstantiel au Père. Par lui tout a été créé" (Credo de Nicée [325]).
"Mais ceux qui disent, ‘Il y a eu un temps où il [le Fils] n'existait pas,’ et ‘Avant qu'il soit né, il n'existait pas,’ et ‘Parce qu'il a été fait d'une matière qui n'existe pas, il est soit d'une autre substance, soit d'une autre essence,’ et ceux qui appelle ‘Dieu le Fils de Dieu changeable et mutable,’ ceux-ci l'Église catholique les anathémise" (Appendice au Credo de Nicée [325]).

Partie II: La divinité du Messie dans le Nouveau Testament

Comme nous l'avons vu dans la première partie, les Pères de l'Église croyaient sans aucun doute que Jésus est Dieu. Mais cette idée leur est peut-être venue de leur milieu d'origine et de leur environnement plutôt que de l'Écriture? Cette partie va montrer que cela n'est pas le cas; au contraire, le Nouveau Testament déclare tout à fait clairement la divinité du Christ.

Les affirmations de Jésus à son propre égard

Il est vrai que Jésus n'a jamais ouvertement dit qu'il est Dieu. Il était tout à fait conscient que s'il avait affirmé ouvertement une telle chose, non seulement personne ne l'aurait cru, mais il aurait rapidement perdu sa crédibilité parmi ses disciples et aurait soulevé des questions sur sa santé mentale. D'un autre côté, il semble avoir tout à fait intentionnellement voulu révéler cette stupéfiante vérité à ses disciples, de manière progressive, à travers ses paroles et ses actes, et en particulier par sa résurrection. De plus, Jésus a affirmé à plusieurs reprises son égalité avec Dieu, ce qui a provoqué la colère de ses adversaires qui ont clairement compris qu'il affirmait être divin:

"Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés... En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham existât, Je Suis." (Jn 8,24.58, cf. Ex 3,14)

"Moi et le Père nous sommes un." Les Juifs apportèrent de nouveau des pierres pour le lapider.... disant, "Ce n'est pas pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème et parce que toi, n'étant qu'un homme, tu te fais Dieu." (Jn 10,30-33)

"Qui m'a vu a vu le Père... Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ?" (Jn 14,9-10)

"Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »" (Jn 20,28)

Attributs divins

Les auteurs du Nouveau Testament présentent Jésus comme ayant tous les attributs qui sont habituellement exclusivement réservés à Dieu. Il est présenté comme étant:

  • Existant éternellement: "En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes." (Jn 1,4; voir 14,6, 1 Jn 5,11)
  • Omniprésent: "Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux." (Mt 18,20).  "Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde." (Mt 28,20)
  • Omniscient: "Seigneur, tu sais toutes choses." (Jn 21,17; voir Jn 4,16; 6,64; 16,30; Mt 16,22-27)
  • Tout Puissant: "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre." (Mt 28,18, voir Jn 5,19).  Jésus a ressuscité les morts (Lc 7,14-15) et a démontré sa maîtrise sur la nature en apaisant le vent et la mer (Mt 8,26-27).
  • Pardonnant les péchés: "« Mon enfant, tes péchés sont remis. » Or, il y avait là, dans l'assistance, quelques scribes qui pensaient dans leurs cœurs : « Comment celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème ! Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ? »" (Mc 2,5-7)
  • Recevant l'adoration comme Dieu : "Ceux qui étaient dans la barque l'adorèrent, en disant : « Vraiment, tu es Fils de Dieu ! »" (Mt 14,33; voir Mt 28,9)
  • Éternel:  "Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui, il le sera à jamais." (Heb 13,8; voir Heb 1,12)

Affirmations directes par les auteurs du NT

En plus, le Nouveau Testament affirme en nombreux endroits et de façon claire et directe que Jésus est, de fait, Dieu :

"Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu." (Jn 1,1)

"Nul n'a jamais vu Dieu ; l'unique Dieu engendré, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître." (Jn 1:18) (certains manuscrits ont "le Fils unique")

"Aussi les Juifs n'en cherchaient que davantage à le tuer [Jésus], puisque…il appelait encore Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu" (Jn 5,18)

"Soyez attentifs à vous-mêmes, et à tout le troupeau dont l'Esprit Saint vous a établis gardiens pour paître l'Église de Dieu, qu'il s'est acquise par son propre sang." (Ac 20,28)  [Dieu a acquis l'Église avec Son propre sang - le sang de Jésus]

"... [les Israélites], de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement !" (Rm 9,5)

"Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus : lui, qui étant dans la forme [morphe] de Dieu, ne retient pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu." (Phil 2,5-6)

"Il est l'Image du Dieu invisible, Premier-Né de toute créature, car c'est en lui qu'ont été créées toutes choses, dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, Trônes, Seigneuries, Principautés, Puissances ; tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses et tout subsiste en lui." (Col. 1,15-17)

"Car en [Christ] habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité." (Col. 2,9)

"Dieu s'est manifesté dans la chair." (1 Tm 3,16)

"...attendant la bienheureuse espérance et l'Apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus" (Tite. 2,13)

"Mais au Fils, [Dieu] dit: Ton trône, ô Dieu, subsiste dans les siècles des siècles." (Heb. 1,8, cf. Ps. 45,6)

"À ceux qui ont reçu par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus Christ une foi d'un aussi grand prix que la nôtre." (2 P 1,1)

"Nous sommes dans le Véritable, dans son Fils Jésus Christ. Celui-ci est le Dieu véritable et la Vie éternelle." (1 Jn 5,20)

"Digne est l'Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange."  (Ap 5,12)

Affirmations indirectes des auteurs du NT faisant référence à l'AT

Si les affirmations directes citées plus haut ne suffisaient pas, il est possible de trouver un certain nombre d'affirmations indirectes qui démontrent que les auteurs du Nouveau Testament croyaient que Jésus est Dieu. Dans ces exemples, certains traits qui étaient uniquement attribués à Dieu dans l'Ancien Testament sont attribués à Jésus dans le Nouveau Testaments.

Dieu est le seul Rédempteur et Sauveur...

"Dieu viendra et vous sauvera." (Is 35,4-5)

"Ainsi parle l'Éternel, votre rédempteur, le Saint d'Israël." (Is 43,14, voir 41,14; 44,22-24; 47,4; 48,17)

"Un Dieu juste et sauveur, il n'y en a pas excepté Moi." ( Is 45,21; voir 45,15)

"Je t'ai racheté (...) Moi, c'est moi le Seigneur, et en dehors de moi il n'y a pas de sauveur." (Is 43,1.11, comparer Is 44,6; Os 13,4)

…Mais Christ est aussi le Sauveur

"Ainsi parle le Seigneur, le Roi d'Israël, et son Rédempteur le Seigneur des armées" - qui est ce Rédempteur qui est le "Seigneur des armées" distinct du "Seigneur, le Roi d'Israël"? (Is 44,6)

"Tu l'appelleras du nom de Jésus : car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés". (Mt 1,21)

"Nous savons que c'est vraiment lui le sauveur du monde." (Jn 4,42, voir Jn 12,47; Ac 4,12; Heb 7,25)

Dieu est le Premier et le Dernier, l'Alpha et l'Oméga...

"Je suis le Premier et aussi le Dernier". (Is 48,12; voir Is 44,6)

"Je suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu…le Maître-de-tout." (Ap 1,8)

…mais Jésus est aussi le Premier et le Dernier, l'Alpha et l'Oméga:

Le Fils de l'Homme dit: "Je suis le Premier et le Dernière" (Ap 1,13.17; voir Ap 2,8).

"Je suis l'Alpha et l'Oméga, le Premier et le Dernier, le Principe et la Fin" (Ap 22,12)

Seul Dieu est le Créateur...

"C'est moi, l'Éternel, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux, affermi la terre, sans personne avec moi." (Is 44,24)

"C'est toi, l'Éternel, qui es l'Unique! Tu fis les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qu'elle porte, les mers et tout ce qu'elles renferment." (Ne 9,6)

…mais tout a été fait par et à travers Jésus:

Dieu dit : "Faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance" - à qui Dieu parle-t-il? (Gn 1,26)

"Tout fut par lui [le Verbe], et sans lui rien ne fut." (Jn 1,3)

"C'est en lui [Jésus Christ]qu'ont été créées toutes choses…par lui et pour lui." (Col 1,16)

Seul Dieu peut être adoré...

"C'est le Seigneur ton Dieu que tu craindras, lui que tu serviras." ( Dt 6,13; voir Lc 4,8)

…mais Jésus aussi est adoré:

"[Les mages] virent l'enfant avec Marie sa mère, et, se prosternant, ils l'adorèrent." ( Mt 2,11; voir Mt. 14,33; 28,17; Lc 24,52; Jn 9,38)

"Lorsque [Dieu] introduit le Premier-né dans le monde, il dit : 'Que tous les anges de Dieu l'adorent'." (Heb 1,6)

Dieu ne partage pas Sa gloire...

"Ma gloire, je ne la donnerai pas à un autre."  (Is 42,8)

"Tu es digne, ô notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance…" (Ap 4,11)

…cependant Jésus reçoit la même gloire que Dieu:

"Digne est l'Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange." (Ap 5,12)

"A Celui qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau, la louange, l'honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles !" (Ap 5,13)

Jésus accomplit les prophéties qui font référence à Dieu

A travers ses paroles et des actions, Jésus a accomplit des prophéties de l'Ancien Testament qui faisaient référence à Dieu. Comparons les passages du Tanakh (l'AT) et leur accomplissement dans le Nouveau Testament. Les passages du Tanakh parlent de Dieu alors que le Nouveau Testament parle de Jésus, faisaient des deux Un Dieu.

Guérison des aveugles et des sourds

"[Dieu] C'est lui qui vient vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et les oreilles des sourds s'ouvriront." (Is 35,4-5)

[Jean le Baptiste demanda:] "Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? ", Jésus répondit…"les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres." (Mat 11,3-5)

La prophétie d'Isaïe d'un peuple aveugle et sourd

"Malheur à moi…mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur Sabaot." Et [Dieu] dit, ‘Va et dit à ce peuple: …appesantis le cœur de ce peuple, rends-le dur d'oreille, englue-lui les yeux, de peur que ses yeux ne voient, que ses oreilles n'entendent, que son cœur ne comprenne, qu'il ne se convertisse et ne soit guéri »." (Is 6,5.10)

"Mais bien que [Jésus] ait fait de nombreux signes devant eux…ils ne croyaient pas en lui, afin que s'accomplît la parole dite par Isaïe le prophète : ‘Il a aveuglé leurs yeux et il a endurci leur cœur, pour que leurs yeux ne voient pas, que leur cœur ne comprenne pas, qu'ils ne se convertissent pas et que je ne les guérisse pas." Isaïe a dit cela, parce qu'il eut la vision de sa gloire [de Jésus] et qu'il parla de lui [Jésus]." (Jn 12,37-41)

Établissement des fondations de la terre

"Depuis longtemps tu [Dieu] as fondé la terre, et les cieux sont l'ouvrage de tes mains…" (Ps 102,25-28)

"...il dit à son Fils : …C'est toi, Seigneur, qui aux origines fondas la terre, et les cieux sont l'ouvrage de tes mains…" (Heb 1,8.10)

Le bon berger

"Le Seigneur est mon berger." (Ps 23,1)

"Je suis le bon berger." (Jn 10,11)

Une pierre d'achoppement

"Le Seigneur des armées…sera un rocher qui fait tomber, une pierre d'achoppement." (Is 8,13-14)

Jésus est "une pierre d'achoppement et un rocher qui fait tomber."  (1 P 2,8)

Le roi d'Israël

"Le roi d'Israël, le Seigneur [YHWH], est au milieu de toi." (Soph 3,15)

"Rabbi, tu es le Fils de Dieu! Tu es le Roi d'Israël!" (Jn 1,49)

Les tout petits louent Dieu

"Par la bouche des enfants, des touts petits, tu [Dieu] as établit la force." (Ps 8,2)

Jésus applique ce verset à lui-même. (Mt 21,16)

Les pieds du Seigneur sur le Mont des Oliviers

"Alors le Seigneur sortira…En ce jour-là, ses pieds se poseront sur le mont des Oliviers." (Za 14:3-4)

"'Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela, de la même manière dont vous l'avez vu s'en aller vers le ciel'. Alors, du mont des Oliviers, ils s'en retournèrent à Jérusalem. " (Ac 1,11-12)

À suivre...