Comment sommes-nous Catholiques "pour Israël"?

Catholiques pour Israël  est un apostolat fidèle au Magistère, la fonction d'enseignement vivante de l'Église à qui Jésus a confié la charge d'interpréter authentiquement la parole de Dieu (DV 10). Cela signifie que les enseignements officiels du Magistère de l'Église Catholique, plus particulièrement le chapitre 4 de la déclaration Nostra Aetate et le Catéchisme de l'Église Catholique  forment le coeur de notre foi concernant Israël et le peuple juif.

L'Église et le Peuple Juif selon Nostra Aetate

Le Pape Jean-Paul II et le grand rabbin de Rome Elio Toaff Pour la première fois dans l'histoire de l'Église, la déclaration Nostra Aetate (promulguée au Concile Vatican II en 1965) a établi une fondation positive pour une théologie d'Israël et du peuple juif. Ce document affirme:

  • le lien spirituel entre les chrétiens et le peuple juif;
  • que l'Église a reçu l'Ancien Testament du peuple d'Israël;
  • que l'Église "se nourrit de la racine de l'olivier franc sur lequel ont été greffés les rameaux de l'olivier sauvage que sont les Gentils" (Rm 11, 17-24);
  • que Jésus le Messie a, par sa croix, "réconcilié les juifs et les gentils, et en lui-même des deux en a fait un seul" (Eph 2, 14-16);
  • qu'au peuple juif appartiennent "l'adoption filiale, la gloire, les alliances, la législation, le culte, les promesses et les patriarches, et de qui est né, selon la chair, le Messie" (Rm 9, 4-5);
  • que les apôtres et la plupart des premiers disciples étaient juifs;
  • que, malgré le fait que beaucoup de juifs rejetèrent Jésus et l'Évangile, "les Juifs restent encore, à cause de leurs pères, très chers à Dieu, dont les dons et l'appel sont sans repentance" (Rm 11, 28-29);
  • que viendra un jour ou juifs et chrétiens adoreront et serviront ensemble le Seigneur d'une seule voix;
  • l'importance de la connaissance et du respect mutuels, fruits de l'étude commune et du dialogue;
  • que bien que "les autorités juives, avec leurs partisans, aient poussé à la mort du Christ, ce qui a été commis durant sa passion ne peut être imputé ni indistinctement à tous les Juifs vivant alors, ni aux Juifs de notre temps";
  • que, par conséquent, "les Juifs ne doivent pas être présentés comme réprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Ecriture" et ainsi l'Église "déplore les haines. les persécutions et toutes les manifestations d'antisémitisme, qui, quels que soient leur époque et leurs auteurs, ont été dirigées contre les Juifs";
  • qu'il demeure cependant "le devoir de l'Église, dans sa prédication, d'annoncer la croix du Christ comme signe de l'amour universel de Dieu et comme source de toute grâce".

Questions ouvertes

En élaborant les fondements essentiels d'une théologie catholique positive d'Israël, la déclaration Nostra Aetate n'a fait que poser les bases élémentaires de cette fondation, tout en laissant ouvertes et sans réponses beaucoup de questions telles que celles-ci:

  • Les dons et l'appel de Dieu pour Israël étant irrévocables, alors même qu'une majorité du peuple juif n'a pas à ce jour accepté l'Évangile, quel est le rôle exact d'Israël dans le plan divin du salut jusqu'à la venue en gloire de Jésus le Messie?
  • Le grand mandat que Jésus a confié à l'Église, à savoir "prêcher l'Évangile à toute créature" (Marc 16, 15) demeure valide, particulièrement envers le peuple juif puisque l'Évangile est "force de Dieu pour le salut de tout croyant, du juif d'abord, puis du grec" (Rm 1, 16). Comment l'Église doit-elle fidèlement exprimer son appel missionnaire envers le peuple juif dans le respect, la sensibilité et l'amour, tout en étant attentive à ne pas réitérer les abus regrettables commis dans le passé?
  • Comment les juifs qui ont rencontré Jésus le Messie et qui ont trouvé la plénitude de la vérité dans l'Église catholique peuvent-ils continuer à vivre et à exprimer leur identité juive comme juifs catholiques?
  • Quelle relation les catholiques d'origine juive doivent-ils avoir vis-à-vis de la Torah et de l'observance des commandements?
  • Étant donné le fait que les dons et l'appel de Dieu pour Israël sont irrévocables, l'un des dons les plus important est la terre d'Israël - un don qui n'a jamais été révoqué par le Nouveau Testament. Quelle est la signification de la terre d'Israël aujourd'hui et du retour récent du peuple juif sur la terre de leurs ancêtres?

Profession de foi

Dans la ligne de l'enseignement général de l'Église, de Nostra Aetate et des questions précédentes, Catholiques pour Israël propose la profession de foi suivante:

Concernant le peuple juif:

  • Nous professons un amour inconditionnel pour le peuple juif, nos "frères aînés dans la foi".
  • Nous nous opposons à l'antisémitisme sous toutes ses formes, y compris sous celles qui, aujourd'hui, portent parfois le masque de l'antisionisme;
  • Nous appelons les chrétiens à se repentir des actes, des paroles et des attitudes antisémites présents et passés.
  • Nous affirmons la nature irrévocable et permanente de l'alliance entre Dieu et le peuple juif et nous nous opposons à la fausse doctrine de la théologie du remplacement (supersessionisme), qui affirme que l'Église aurait remplacé Israël en tant que peuple élu par Dieu.
  • Nous professons la foi de l'Église selon laquelle l'appel, la destinée et le salut d'Israël ne peuvent s'accomplir que dans l'union avec Jésus, Messie d'Israël et Roi des juifs, qui a, d'abord et avant tout, été envoyé aux "brebis perdues de la maison d'Israël" (Mt 15, 24) et qui a pleuré sur Jérusalem parce qu'elle l'a rejeté (Lc 19, 41), et que cette union avec Jésus est atteinte en plénitude dans l'Eglise Catholique.
  • Nous affirmons, par conséquent, la permanence de l'envoi en mission de l'Église, divinement décrété par la Parole de Dieu, visant à proposer l'Évangile du salut "au juif d'abord".
  • Nous rejetons, par conséquent, la fausse doctrine de la théologie de la double alliance, selon laquelle les juifs parviendraient au salut au travers de l'Ancienne Alliance et de l'observance de la Torah, alors que les Gentils parviendraient au salut au travers de Jésus le Messie. Bien que "la Torah soit sainte et le commandement saint, juste et bon" (Rm 7, 12), il n'en demeure pas moins que "nul n'est justifié par les oeuvres de la Torah [loi] mais par la foi en Jésus Christ... car par les oeuvres de la Torah personne ne sera justifié... car si la justice vient de la Torah, c'est donc que le Christ est mort pour rien" (Ga 2, 16.21).
  • Nous affirmons que l'Église est le "moyen général de salut", et qu'en elle seule "peut s'obtenir toute la plénitude des moyens de salut" (UR 3); en conséquence, "Église et Judaïsme ne peuvent donc pas être présentés comme deux voies parallèles de salut, et l’Église doit témoigner du Christ Rédempteur à tous" (Notes pour une correcte présentation des juifs et du judaïsme I, 7).
  • Nous affirmons la nécessité d'établir une communauté juive catholique où les juifs catholiques pourront vivre une vie authentiquement catholique, en accord avec les enseignement de Jésus le Messie et de Son Église Catholique, tout en restant totalement fidèles à la Torah et à l'héritage culturel et religieux d'Israël. Ceci est conforme à la vie de la première communauté de Judéo-chrétiens qui étaient "tous zélés pour la Torah" (Ac 21, 20), car Jésus n'est pas venu pour détruire la Loi ou les Prophètes, mais pour les accomplir (Mt 5, 17-20).
  • Nous ne nous servons pas de notre amour du peuple juif et du soutien que nous lui manifestons comme d'une couverture pour une activité missionnaire.
  • Nous ne favorisons pas un prosélytisme irrespectueux ou agressif envers le peuple juif de la part des chrétiens.

Concernant la terre et le peuple d'Israël:

  • Nous croyons que la promesse de la terre d'Israël faite par Dieu aux descendants d'Abraham, d'Isaac et de Jacob n'a jamais été révoquée par Jésus ni par la Nouvelle Alliance, et que cette promesse demeure valide à ce jour;
  • Nous croyons que le retour du peuple juif sur la terre d'Israël au siècle dernier a une signification prophétique, et par conséquent, nous affirmons la plausibilité théologique d'un sionisme biblique modéré.
  • Nous croyons que, bien que l'état d'Israël soit en lui-même une entité séculière, il pourrait être une "première étape" vers la rédemption finale du peuple juif.
  • Nous croyons que l'état d'Israël a le droit de se défendre contre les actes de terrorisme perpétrés contre lui et contre sa population, mais qu'il devrait cependant exercer une grande prudence et beaucoup de retenue afin de ne pas blesser des civils innocents.
  • Nous encourageons et promouvons la réconciliation, la paix et la justice pour tous les habitants de la Terre Sainte aujourd'hui.
  • Nous appelons tous les habitants d'Israël, Israéliens et Palestiniens, à se repentir et à se détourner de tous les graves maux qui affectent à présent la société israélienne et palestinienne, tels que la violence et la haine, la corruption et la malhonnêteté, la prostitution, la pornographie, l'avortement, et la normalisation croissante de l'homosexualité.
  • Nous appelons tous les habitants d'Israël, Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans, à la conversion à l'Évangile de Jésus le Messie, le prince de la paix, en qui se trouvent le pardon, la réconciliation avec Dieu et avec le prochain, ainsi que la vie éternelle.
  • Nous appelons tous les chrétiens de la Terre Sainte à une plus grande fidélité et unité dans le vécu et le partage de l'Évangile de Jésus le Messie.

Concernant l'état d'Israël:

  • Nous ne lui attribuons pas de signification messianique dans sa forme actuelle.
  • Nous ne préconisons pas la reconstruction du Temple ni le rétablissement des sacrifices d'animaux.
  • Nous ne soutenons pas le rassemblement du peuple juif en Terre Sainte dans l'espérance eschatologique d'ouvrir la voie à la bataille d'Armagedon.
  • Nous ne sommes pas nécessairement d'accord avec toutes les actions politiques et militaires entreprises par le gouvernement d'Israël;
  • Nous ne soutenons aucune forme d'injustice ou de discrimination envers quiconque;
  • Nous n'avons aucun sentiment anti-arabe ou anti-palestinien.