Login

Le Cardinal Schönborn approuve le Sionisme

Christoph Cardinal Schoenborn(« Washington Post » du 31 mars 2005) Jérusalem – Israël --  Un Cardinal Catholique Romain dit que le support pour Israël de la part des chrétiens européens n’est pas fondé sur un sentiment de culpabilité causé par la Shoah et que les chrétiens devraient affirmer que le sionisme est biblique.

Selon le ‘Jérusalem Post’, l’Archevêque de Vienne, le Cardinal Christoph Schönborn, qui faisait partie d’une délégation de visiteurs venue d’Autriche, a fait cette remarque dans une allocution prononcée à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

Schönborn disait qu’il était important du point de vue doctrinaire que les chrétiens reconnaissent les liens des juifs à la ‘Terre Sainte’ et les chrétiens devraient se réjouir du fait que les juifs reviennent en Palestine comme un accomplissement des prophéties bibliques.

Il a ajouté que le Pape Jean Paul II avait lui même déclaré que le commandement biblique adressé aux juifs de vivre en Israël constituait un engagement éternel qui a gardé sa validité justqu'au présent.

Lorsqu’un prêtre palestinien a posé à Schönborn la question si la création de l’état moderne d’Israël ne serait-elle pas une expression de la culpabilité d’Europe à cause de la Shoah, le cardinal a répondu par la négative.

Cardinal considéré comme candidat à la succession du Pape Jean Paul II, il a affirmé un fort soutien en faveur de l’établissement juif en Terre Sainte en rejetant la théorie que le support des chrétiens européens en faveur de l’Etat d’Israël était dû à leur culpabilité suite à la Shoah disant que tout les chrétiens devraient affirmer le sionisme constituait un impératif biblique pour le peuple juif.

L’Archevêque de Vienne, le Cardinal Christoph Schönborn, membre d’une délégation de visiteurs venus d’Autriche a fait ces observations dans le cadre d’une allocution tenue à l’Université Hébraïque de Jérusalem portant le titre « Le pays choisi par Dieu ».

A la question « Quelle est la signification d’ Eretz Yisraël (le Pays d’Israël) pour nous? », Schönborn a répondu en soulignant l’importance doctrinaire pour les chrétiens à ne pas uniquement reconnaître le lien des juifs au Pays, mais aussi à s’assurer que l’identification chrétienne avec la Bible Juive ne conduisait à une « usurpation » du caractère unique des juifs.

« C’est un fait unique dans l’histoire de l’humanité que Dieu ait désigné une terre pour l’offrir comme héritage à Son peuple choisi », disait Schönborn en ajoutant que le Pape Jean Paul II a lui même déclaré que le commandement biblique relatif au peuple juif de vivre en Israël constituait un engagement éternel qui restait valable aujourd’hui. Les chrétiens, dit Schönborn, devraient se réjouir du fait que les juifs reviennent en Palestine ce qui est un accomplissement des prophéties bibliques.

Un prêtre palestinien a récusé les affirmations du cardinal sur ce point, posant la question comment il pourrait prêcher à sa congrégation palestinienne disant que l’établissement de l’Etat moderne des juifs n’était pas une « nakba » (une catastrophe) comme ils l’appellent, ou bien le résultat d’un sentiment de culpabilité dans la conscience des puissances européennes suite à la Deuxième Guerre Mondiale.

Dans sa réponse, Schönborn dit : « Moi même je suis un réfugié » - à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, lorsqu’il était enfant, ses parents ont quitté la Tchécoslovaquie cherchant un refuge en Autriche, et il a éprouvé de la peine à cause de l’injustice méconnue dont étaient victimes des milliers de tchèques.

Cependant, il dit que son propre cas ainsi que le conflit arabo-israélien étaient des affaires du ressort de la législation internationale, tandis que le fait que les juifs soient le Peuple Choisi et leur héritage de la Terre Sainte sont des faits qui relevaient de la foi et qui proviennent de la Bible même.

Schönborn ajoutait qu’il espérait que ce conflit trouverait une solution conforme à la loi internationale et dans le respect de justice pour le peuple palestinien. « Nous tous espérons qu’une telle solution soit trouvée », disait-il. « Cependant, je ne suis pas naïf. Les conflits proviennent de l’attachement (des deux côtés) à la terre depuis très longtemps... Il n’existe pas de solution simple. »

Article original: ...what the cardinals believe  

Aller au haut