Qu'est ce que la Théologie de la Double Alliance?

Dans un autre article nous avons examiné l'erreur théologique de la théologie du remplacement qui affirme que Dieu a rejeté le peuple juif comme peuple élu et a remplacé Israël par l'Église. Nous avons vu que cette théorie ne peut être conciliée avec le Nouveau Testament et l'enseignement de l'Église, qui affirment que l'élection d'Israël par Dieu, ainsi que Son alliance avec le peuple juif sont irrévocables et permanentes. 

Aujourd'hui, une erreur théologique provoque une grande confusion dans l'Église, parce qu'elle est affirmée par certaines personnes influentes. Cette erreur s'appelle "la théologie de la double alliance". La théologie de la double alliance enseigne que, puisque l'alliance entre Dieu et Israël est toujours valide, les juifs n'ont pas besoin de la Nouvelle Alliance pour être sauvés. Les juifs iraient ainsi au Ciel simplement en observant la loi de Moïse, en raison de "l'alliance éternelle" entre Abraham et Dieu (Gn 17,13), alors que les gentils (les non-juifs) devaient se convertir au Christianisme pour être sauvés. En d'autres mots, les juifs ont leur propre chemin vers Dieu, l'Ancienne Alliance, et les chrétiens le leur, la Nouvelle Alliance. La théologie de la double alliance est donc l'erreur opposée de la théologie du remplacement. Alors que la théologie du remplacement affirme que l'élection, l'alliance et les promesses faites à Israël sont annulées et abolies, et que le seul rôle aujourd'hui laissé aux juifs est de se convertir au christianisme et à entrer dans l'Église, la théologie de la double alliance affirme au contraire que, puisque l'alliance entre Dieu et Israël est toujours valable, elle est suffisante pour eux et, par conséquent ils n'ont pas besoin de Jésus ou de l'Église pour être sauvés.

Cette idée est très attirante pour les juifs qui ne croient pas en Jésus (et tragiquement pour beaucoup de catholiques) parce qu'elle abolit le commandement de Jésus à ses disciples de partager l'Évangile à tous, juifs et gentils. Le problème avec la théologie de la double alliance est qu'elle contredit complètement les écrits du Nouveau Testament et l'enseignement de l'Église.

D'une manière évidente, le Nouveau Testament affirme que Jésus de Nazareth est le Messie d'Israël que Dieu avait promis au peuple juif à travers Moïse et les prophètes (voir Prophéties Messianiques*, Le Messie dans le Tanakh et Qui dites-vous que Je Suis?*): 

  • La mission de Jésus était dirigée exclusivement vers les juifs: "Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël." (Mt 15,24) 
  • La proclamation de l'Église primitive était aussi exclusivement dirigée vers les juifs. (cf. Ac 2-4, 7)
  • L'apôtre Paul écrit: "Car je ne rougis pas de l'Évangile : il est une force de Dieu pour le salut de tout homme qui croit, du Juif d'abord, puis du Grec." (Rm 1,16)

Puisque l'alliance entre Dieu et Israël est toujours valide, les juifs peuvent-ils être sauvés simplement en observant la Loi Mosaïque - the Torah? Le Nouveau Testament et l'Église catholique répondent un "non" catégorique à cette question. Bien que la Torah ait été donnée par Dieu et qu'elle soit bonne, bien qu'il peut être certainement méritoire pour les juifs d'observer les commandements dans un esprit de dévotion à Dieu, la Révélation Divine nous dit que la seule observance de la Torah n'est pas suffisante au salut:

  • "Car il n'y a pas sous le ciel d'autre nom [que celui de Jésus] donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés." (Ac 4,12)
  • "L'homme n'est pas justifié par la pratique de la Loi, mais seulement par la foi en Jésus Christ… puisque par la pratique de la Loi personne ne sera justifié." (Ga 2,16)
  • "Je n'annule pas le don de Dieu : car si la justice vient de la Loi, c'est donc que le Christ est mort pour rien." (Ga 2,21)
  • "Quiconque nie le Fils ne possède pas non plus le Père. Qui confesse le Fils possède aussi le Père." (1 Jn 2,23)
  • "L'Église en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut: or, il nous devient présent en son Corps qui est l'Église; et en nous enseignant expressément la nécessité de la foi et du Baptême, c'est la nécessité de l'Église elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, qu'il nous a confirmée en même temps." (CEC 846)
  • "Jésus affirme qu’«il y aura un seul troupeau, un seul pasteur». Église et Judaïsme ne peuvent donc pas être présentés comme deux voies parallèles de salut et l’Église doit témoigner du Christ Rédempteur à tous." (Notes pour une correcte présentation des juifs et du judaisme dans la Prédication et la Catéchèse de l'Église catholique I. 7, Commission pour les Relations Religieuses avec les juifs, Vatican, 1985)
  • Même la déclaration Nostra Aetate dans sa section sur le peuple juif, où elle affirme la permanence de l'alliance entre Dieu et Israël, déclare cependant que: "Le devoir de l'Église, dans sa prédication, est donc d'annoncer la croix du Christ comme signe de l'amour universel de Dieu et comme source de toute grâce." (NA 4)

Le fait que le judaïsme tel qu'il est pratiqué aujourd'hui est insuffisant pour être sauvé devrait être évident pour quiconque lit les Écritures. Dans l'Ancien Testament, le pardon était obtenu par l'offrande de sacrifices d'animaux et le versement de leur sang en expiation des péchés (cf. Lv 17,11). Dans le Nouveau Testament, le Sacrifice Pascal de Jésus et le versement de Son sang a expié les péchés de toute l'humanité. À travers le baptême, nous avons part à la mort et à la résurrection du Messie, nos péchés sont effacés et nous recevons le don de la vie surnaturelle et divine. Le Messie continue de nous communiquer cette vie surnaturelle au travers des autres sacrements qu'il a institué, de façon particulière dans l'Eucharistie où nous recevons Son Corps et Son Sang, Son Åme et Sa Divinité. Il est évident qu'observer les mitzvot (les commandements) - bien que ce soit une pratique méritoire  - est bien loin d'égaler le don immense de la grâce surnaturelle, d'autant plus que le judaïsme a été privé du Temple et des sacrifices peu après la venue du Messie.

En résumé, bien que l'élection d'Israël est de fait irrévocable et permanente, les juifs ne peuvent être considérés "sauvés" ou justifiés devant Dieu à travers l'alliance mosaïque. Le NT et les enseignements de l'Église indiquent clairement que le salut ne se trouve qu'en Yeshua le Messie d'Israël. Cela ne signifie pas cependant que les juifs sont automatiquement condamnés à l'enfer s'ils n'acceptent pas le Christ explicitement et consciemment, car l'Église enseigne aussi que ceux qui, sans faute de leur part, ne connaissent pas le Christ et son Église mais cherche Dieu d'un cœur sincère et essaient de faire Sa volonté de leur mieux peuvent être sauvés. Néanmoins, la plénitude des moyens de salut ne se trouvent qu'en Jésus le Messie et dans l'Église qu'Il a fondé (CEC 846-47).

Voici une comparaison des différentes positions que nous avons vues:

Théologie du Remplacement
(Erreur)
Foi Catholique
(Casher)
Théologie de la Double Alliance
(Erreur)
  • L'alliance de Dieu avec Israël a été abolie.
  • L'unique rôle imparti aux juifs est d'accepter le Christ, de se convertir, d'être baptisés et d'entrer dans l'Église.
  • L'évangélisation des juifs est nécessaire et ils doivent devenir des catholiques comme tous les autres.
  • L'alliance de Dieu avec Israël est irrévocable et permanente.
  • Cette alliance n'est pas salvifique. Dieu appelle le peuple juif à reconnaître Jésus le Messie, à recevoir le baptême et à entrer dans l'Église.
  • L'évangélisation des juifs est nécessaire, mais doit être faite de façon à affirmer et à fortifier leur identité juive.
  • L'alliance de Dieu avec Israël est irrévocable et permanente.
  • Puisque cette alliance est toujours valide, elle est aussi salvifique pour eux. Il n'est pas nécessaire que les juifs croient en Jésus, reçoivent le baptême ou entrent dans l'Église. Les juifs peuvent être sauvés en observant la Loi Mosaïque.
  • L'évangélisation des juifs est inutile et doit être évitée.

Concluons avec cette citation d'un juif catholique, Roy Schoeman, à propos des juifs, de Jésus et de l'évangélisation catholique des juifs:

L'idée la plus fausse que les catholiques ont par rapport aux juifs est celle, terrible et pernicieuse, selon laquelle les juifs n'ont pas besoin de Jésus! Il est naturel que les juifs le voient ainsi – après tout, pour eux Jésus était un faux Messie qui, d'une façon indirecte, a été la cause d'un désastre incalculable pour les juifs – mais il est tragique que, dans le désir du "dialogue" et dans l'élan d'un faux œcuménisme, cette vision est évoquée par des catholiques, parfois même des catholiques qui croient représenter l'Église... Que peut-il y avoir de plus antisémite que de refuser de partager l'Évangile, la Bonne Nouvelle, la joie, l'accomplissement et le salut apportés par le Messie Juif aux juifs, par lesquels Il est venu?  (Judaism Fulfilled, Interview d'IgnatiusInsight.com avec Roy Schoeman)