La Sainte Trinité

Introduction

Icône de la sainte Trinité (Ruvlin)La Trinité est le mystère central de la foi chrétienne. Ce terme désigne la vie intérieure de Dieu, qui est une communion éternelle de Personnes et une Famille dont la vie même est amour. Dans des termes plus précis, l'Église décrit la Trinité ainsi:

Nous croyons fermement et nous affirmons simplement, qu'il y a un seul vrai Dieu, immense et immuable, incompréhensible, tout-puissant et ineffable, Père et Fils et Saint Esprit:. Trois Personnes, mais une Essence, une Substance ou Nature absolument simple. (Catéchisme de l'Église Catholique [CEC] 202)

Frank Sheed décrit la Trinité de façon lapidaire ainsi:

  1. Dans l'unique nature divine, il y a trois personnes, le Père, le Fils et le Saint Esprit.
  2. Aucune des personnes est une des deux autres, chacune est pleinement elle-même.
  3. Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint Esprit est Dieu.
  4. Il n'y a pas trois Dieux mais un seul Dieu. (Frank Sheed, Theology for Beginners, p. 27)

Sans surprise, ce mystère est tellement déconcertant qu'il a fréquemment été l'obstacle principal pour beaucoup de ceux qui ont cherché à comprendre la foi chrétienne tout au long des 2000 ans de l'histoire de l'Église. Beaucoup aujourd'hui seraient d'accord avec Voltaire qui écrivit dans son Dictionnaire Philosophique:

  • "Il n'y a rien de plus contraire à la stricte raison que ce qui est enseigné parmi les chrétiens à propos de la Trinité des personnes en une unique essence divine, la première étant engendrée par la première et la troisième procédant des deux autres.
  • C'est une doctrine inintelligible qui ne se trouve nulle part dans les Écritures...
  • Maintenir ... qu'il y ait plusieurs "personnes" distinctes dans l'Essence Divine, et que ce n'est pas l'Éternel qui est le seul Vrai Dieu, mais le Fils et le Saint Esprit doivent y être ajoutés, c'est introduire la plus grossière et la plus dangereuse des erreurs dans l'église de Jésus Christ, puisqu'elle encourage manifestement le polythéisme.
  • Cela implique une contradiction de dire qu'il n'y a qu'un seul Dieu et qu'il y a néanmoins trois "personnes", chacune étant vraiment Dieu.
  • Cette distinction, une essence et trois personnes, ne s'est jamais trouvée dans l'Écriture..."

Voltaire a raison de dire que le mot "Trinité" n'apparaît pas dans la Bible. Son affirmation que la doctrine du Dieu trine et la distinction entre une essence et trois personnes ne se trouvent pas dans l'Écriture est cependant tout à fait fausse. Dans cet article, nous examinerons la présence de la Sainte Trinité dans la Bible, en commençant avec le Tanakh (l'Ancien Testament), puis dans le Nouveau Testament. Dans une troisième partie, nous ajouterons quelques citations des Pères de l'Église pour montrer comment la foi dans la Trinité avait été comprise dans l'Église primitive.

Il va sans dire que nous ne pouvons ici qu'effleurer le mystère de la Trinité, à propos duquel de nombreux livres ont été écrits. Cependant le fait que nous appelons la Trinité "un mystère" ne signifie pas que c'est une doctrine complètement illogique et incompréhensive - et que nous ferions mieux de ne pas essayer de la comprendre du tout. Un mystère n'est pas une auto-contradiction, mais plutôt quelque chose qui en fait peut être connu et compris, mais seulement partiellement et seulement parce que Dieu a choisi de nous le révéler. Comme le Catéchisme de l'Église Catholique le dit:

La Trinité est un mystère de foi au sens strict, un des "mystères cachés en Dieu, qui ne peuvent être connus s'ils ne sont révélés d'en haut". Dieu certes a laissé des traces de son être trinitaire dans son œuvre de Création et dans sa Révélation au cours de l'Ancien Testament. Mais l'intimité de Son Etre comme Trinité Sainte constitue un mystère inaccessible à la seule raison et même à la foi d'Israël avant l'Incarnation du Fils de Dieu et la mission du Saint Esprit. (CEC 237)

Une importante question surgit à la lecture de ce paragraphe: si la Trinité est l'essence même de Dieu, et s'Il veut réellement nous le faire savoir, pourquoi ne l'a-t-il pas révélé dès le départ? Pourquoi ne s'est-Il pas présenté clairement à nous dès le départ, plutôt que de simplement laisser de vagues "traces de son être trinitaire dans son œuvre de Création et dans sa Révélation au cours de l'Ancien Testament"? St Grégoire de Naziance, un père de l'Église du quatrième siècle, nous propose une réponse:

L'Ancien Testament a manifesté le Père clairement, le Fils vaguement. Le Nouveau Testament a révélé le Fils et a sous entendu la divinité de l'Esprit. Aujourd'hui l'Esprit vit au milieu de nous et se fait connaître plus clairement. Il aurait été dangereux de proclamer ouvertement le Fils alors que la divinité du Fils n'était pas complètement reconnue, et puis, avant que la divinité du Fils soit acceptée, d'ajouter le poids du Saint Esprit... Il était plus approprié d'ajouter peu à peu et, comme le dit David, de monter de gloire en gloire, la splendeur de la Trinité brillant de plus en plus. (Grégoire de Naziance, Cinquième Discours Théologique, 31, 26).

Le Mystère

Jésus est Dieu

Nous avons vu dans un autre article que Jésus, à travers ses paroles et ses actions, a affirmé sa divinité. Pour le dire de manière plus directe, Jésus a affirmé être Dieu - une affirmation choquante qui a été cependant acceptée et affirmée par les auteurs du Nouveau Testament et les Pères de l'Église. Nous n'examinerons pas ces affirmations ici, mais nous recommandons au lecteur de lire ou relire l'article sur la divinité du Messie, qui est la base de cet article sur la Sainte Trinité.

Jésus est distinct du Père

Jésus a affirmé être Dieu. Cependant il s'est aussi révélé comme distinct de Dieu le Père. Jésus appelait Dieu "mon Père" et les auteurs du Nouveau Testament font aussi la distinction entre "Dieu le Père" et "le Seigneur Jésus Christ":

Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les cieux. (Mt 10,32)

Tout m'a été remis par mon Père, et nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler. (Mt 11,27)

Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. (Mt 26,39)

Et je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'il soit avec vous à jamais, (Jn 14,16)

À vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ. (Rm 1,7)

Car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même. (1 Tim 2,5)

Un casse-tête insoluble?

À première vue, il semble que Voltaire aurait raison. Selon le Tanakh (Ancien Testament), il n'y a qu'un Dieu transcendant. Mais Jésus a affirmé être Dieu. Il a aussi affirmé être distinct de Dieu le Père. Comment ces déclarations apparemment contradictoires peuvent-elles être réconciliées? Si Jésus est Dieu, mais pas la même personne que Dieu le Père, il y a-t-il alors deux "dieux" distincts? Cela contredirait bien entendu le principe le plus élémentaire de la foi juive, l'unicité du Créateur, formulée classiquement par Maïmonide: “Je crois d'une foi parfaite que le Créateur, loué soit Son Nom, est Unique, d'une Unicité comme il n'en existe absolument nulle autre, et Lui seul est notre Dieu, Fut, Est et Sera.” (Maïmonide, les 13 Principes de foi, 2).

Voyons comment nous pouvons résoudre ce casse-tête.